08/02/2006

COMIQUE, HUMOUR ET IRONIE

Je vous propose d’explorer quelques facettes du comique à travers l’humour et l’ironie ; quelles sont leurs fonctions, leurs différences et leurs procédés ?
Au sens large, le comique peut se définir comme:« une hésitation feinte entre 2 vérités »(JANKELEVITCH): le comique, c’est ce qui nous fait rire ; dans l’humour et l’ironie, plutôt sourire par une certaine façon de voir les choses à distance, un décalage qui implique le dédoublement de la conscience ; humour et ironie adoptent tous deux une regard faussement naïf, qu’il convient de préciser…

I PREMIERES REMARQUES:

Tout d’abord humour et ironie sont des regards faussement naïfs et ils se distinguent du comique vraiment involontaire causé par des « coquilles » et autres étourderies, qui lui aussi repose sur des propos équivoques ou contradictoires…
EXEMPLES : les perles du bac
le cerveau des femmes, c’est la cervelle
MICKEY L’ANGE et LE HOMARD DE VINCI sont des peintres de la Renaissance
La climatisation est une chauffage froid
Pour conserver la glace il faut d’abord la geler
Les égyptiens transformaient leurs morts en momies pour les garder vivant
Les américains vont souvent à la messe car les protestants sont très catholiques
La mortalité infantile sévissait sauf chez les vieillards

AUTRES EXEMPLES :

« il dévisagea la personne qui lui tournait le dos » ;
« les parlementaires ont entendu l’appel muet de la Nation » ;
dans un avis de vente de charité adressé à des dames patronnesses, on pouvait lire : « débarrasser vous des choses inutiles qui feront le bonheur des autres ; emmener aussi vos maris. »
«suite à de violents orages, les trains ont été bloqué pendant 3 heures et le trafic n’a repris que goutte à goutte ».

IRONIE
A l’origine , une attitude intellectuelle, celle de SOCRATE : action d’interroger (ierôneia) en feignant l’ignorance.
Par la suite, penser le contraire de ce que l’on dit : antiphrase ; un dédoublement de sens à travers des jeux de langage pour exprimer un jugement de désapprobation, mêlé de raillerie, sous la forme d’un discours à l’envers
EXEMPLE LA FONTAINE fables : « je suppose qu’un moine est toujours charitable »
EXEMPLE MOLIERE le misanthrope, Dorine s’adressant à Orgon….
EXEMPLE MONTESQUIEU, « le noir est noir de la tête au pied, il n’a donc pas d’âme »
EXEMPLE VOLTAIRE Zadig appelle ironiquement « sages du pays », « miroirs de sagesse » des juges et inquisiteurs stupides ( conte du petit chien de la reine….)


HUMOUR
A l’origine, un comique en demi-teinte où le rire franc est volontairement remplacé par une apparente impassibilité : une manière anglaise ( sens of humor) de décrire le comique en y refusant les aspects les plus voyants, donc très proche de spirituel.

Par la suite, le mot s’est généralisé au point de prendre souvent la place de comique.

Principaux caractères :
une plaisanterie qui s’étend à toutes les questions même les plus graves, en les effleurant, sans avoir la prétention de les résoudre, le contraire d’une attitude d’autorité et de conviction ;
l’humour est une manière de présenter les choses, davantage une tournure d’esprit que des jeux de mots bien que ces derniers soient très importants EXEMPLE le calembour ; « le comble de l’inattention : prendre l’édit de Nantes pour une anglaise »PROUST.

L’humour me semble une notion encore plus fuyante , plus difficile à cerner que l’ironie, avec des procédés d’expression qui dépassent les simples jeux de langage de l’ironie.
L’ironie est principalement un procédé de rhétorique( l’antiphrase) et se place d’emblée dans le registre des jeux de mots: on pense le contraire de ce que l’on dit. L’humour, est plutôt l’ironie de l’ironie…avec une fonction moins polémique et railleuse que l’ironie, et il peut demeurer seulement un simple oasis dans le sérieux….
EXEMPLE : dans un film de dessins animés, un personnage est sur le point de tomber dans un trou parce qu’il regarde en l’air, au dernier moment il voit le trou et ne tombe donc pas; il adresse aussitôt au public un clin d’œil amusé, l’air de dire « je vous ai bien eu ! ».
EXEMPLE : durant la révolution, l’aristocrate marche à la guillotine, tout en lisant un livre et il le remet enfin au bourreau après l’avoir écorné comme s’il devait un jour en continuer la lecture;
EXEMPLE : avant d’arriver devant la potence, il réclame un foulard pour se protéger du froid.


II AUTRES DIFFERENCES ENTRE HUMOUR ET IRONIE :


-1 C’est l’intention et l’attitude de l’émetteur qui font la distinction entre humour et ironie ;
EXEMPLE COCTEAU visite un atelier de peintre ; le peintre se rend compte que le visiteur ne semble pas admiratif; il lui montre un dernier tableau en s’excusant parce qu’il n’est pas fini…COTEAU répond « il serait humain de l’achever ».
EXEMPLE : MITTERAND : son ami d’enfance lui demande s’ils peuvent à nouveau se tutoyer comme autrefois ….. « si vous voulez »
EXEMPLE : DE GAULLE lors d’une manœuvre en outre mer passe en revue des officiers supérieurs … l’un d’eux est en tenue non réglementaire (il est en en culotte courte kaki au lieu du pantalon ) –« la prochaine fois vous apporterez votre cerceau ! »( par la suite il n’a jamais obtenu de promotion…).
EXEMPLE : le décalage d’intention : un voisin se plaint : « votre chien a aboyé toute la nuit ! (sous entendu il a gêné les dormeurs ) ; réponse du voisin qui fait mine de ne pas comprendre « c’est pas grave, il dort toute la journée ».

l’intention véritable de l’émetteur est parfois difficile à déceler devant l’incertitude interprétative : « c’était pour rire seulement » ; d’où l’emploi fréquent de l’ironie pour détourner la censure. EXEMPLES : RABELAIS, LA BRUYERE , MONTESQUIEU, VOLTAIRE.

Y a t il raillerie, y a t il une victime ? s’agit d’un combat contre un adversaire ? (dialogue polémique à trois :attaquant, victime, public destinataire)
EXEMPLE cité par FREUD le condamné à mort part au supplice un lundi matin : « voilà une semaine qui commence bien ! »dit par le bourreau : ironie ( raillerie); les mêmes paroles dites par la victime : humour noir( conjurer, mettre à distance l’angoisse et la gravité de la situation)

- 2 Une plus grande anesthésie du cœur dans l’ironie que dans l’humour : « l’ironie vous dessèche et dessèche la victime » Max JACOB :l’ironiste veut provoquer un rire d’exclusion du public contre un adversaire ( rire sarcastique) ; au contraire, l’humour comporte une part d’affectivité et de sensibilité : l’humoriste vise à établir un lien de sympathie et de bienveillance avec son public ( rire d’intégration).

L’auto-ironie est proche de l’humour :
EXEMPLE : Cyrano la tirade du nez :« tendre, Eh quoi ! aimez-vous à ce point les oiseaux que vous vous préoccupâtes de tendre un perchoir à leurs petites pattes ? »;
EXEMPLE : SACHA GUITRY ….il y a 2 sortes de femmes : celles qui sont jolies, celles qui ont bien voulu de moi…..

hésitation entre ironie et humour ; le ton fait la différence EXEMPLES
une maman voit revenir son jeune enfant avec des chaussures crottées de boue: « te voilà propre ! » ; s’il y a réprimande c’est de l’ironie, sinon avec un ton plus gentil, c’est peut-être de l’humour ? : « tu aurais pu en mettre aussi sur ton pantalon… »………….
SACHA GUITRY: « ma maîtresse baillait tout le temps , alors je lui ai dit : bail, bail ! »

- 3 L’ironie se démarque de l’humour par la notion de sérieux qui s’y rattache et tend davantage à communiquer une signification implicite; au contraire, l’humour jette davantage un doute sur le réel et provoque une hésitation herméneutique, qui ont pour conséquence de retarder le rire
EXEMPLE FERNANDEL déclame avec 20 tons différents « tout condamné à mort aura la tête tranchée »
EXEMPLE d’humour: journal de l’abbé MUGNIER .Une femme du monde se confesse à lui: « je me trouve belle est - ce un péché ?… non, c’est une erreur ».
Parfois, l’ironie est peu comique :
EXEMPLE : l’ironie du sort dans la tragédie grecque…
EXEMPLE : le directeur des pompes funèbres n’est pas enterré parce que son personnel est en grève

- 4 Dans l’ironie il y a une utilisation différente du trait d’esprit :
WITZ allemand : aptitude à assembler promptement des pensées et de découvrir des ressemblances éloignées. Le mot d’esprit est doublement ingénieux : il ramasse un sens condensé qui frappe par son acuité et son immédiateté fulgurante ; il tombe à propos dans la conversation , il est ajusté à la situation.
Le caractère polémique de l’ironie confère au trait d’esprit une pointe assassine : effet de surprise et décodage rapide pour le destinataire.

EXEMPLES à propos d’un personnage vaniteux : « il y a ceux qui font des mots et ceux qui ont de l’esprit » ; on dit de lui : « il court après l’esprit, il fut répondu : je parie pour l’esprit »
EXEMPLE : raillerie de MONTESQUIOU contre une demi mondaine très snob qui décède durant un dîner mondain : « elle est partie prendre son café dans un monde meilleur ».

Dans l’ironie, la conversation devient un duel : un conflit symbolique où s’affrontent les images de soi de chaque interlocuteur
EXEMPLES LA BRUYERE caractères exemple GNATHON a le teint frais…
EXEMPLE LA FONTAINE fables….

Le trait d’esprit dans l’humour est inoffensif :
EXEMPLE MUGNIER invité dans un repas mondain, on lui propose de l’emmener demain aux folies bergères, « Hélas, non, demain je confesse , ce sont mes folies-brebis ! »
Parfois, un peu moins inoffensif…. EXEMPLE :MUGNIER célèbre pour son esprit, est invité à la table d’une châtelaine, un brave curé de campagne y est convié également pour égayer la conversation ; à la fin du repas , après le départ du curé, elle lui demande : « quand pensez- vous ?- Il a donné le maximum de son minimum ».

III QUELQUES SIMILITUDES DANS LES STRATEGIES ET LES PROCEDES

Stratégie sur l’inter-action verbale : interrompre l’interlocuteur, provoquer une réaction, esquiver une question, atténuer une affirmation
Stratégie sur le plan psychologique : influencer l’état d’esprit des participants, modifier la tension que crée leur échange verbal( pour instaurer un climat favorable à la persuasion)

Humour et ironie empruntent des procédés que l’on retrouve dans les genres traditionnels du comique ( comique de mots, de geste, de situation , de caractère):
EXEMPLES chez PROUST d’une littérature satirique ( mais non cynique ): utilisation de la caricature et du pastiche,
Comique de caractère et de gestes: Mme Verdurin incarne la caricature de la fausse amabilité, une parodie de la culture et de la distinction, de même Madame de Cambremer…..
Comique de situation : le grand-père du Narrateur souhaite pour son petit fils une recommandation lorsqu’il ira en cure à BALBEC …. sans succès….. Monsieur LEGRANDIN utilise diverses stratégies pour détourner la conversation du grand père.
Comique de mots : Zeugma : Madame Verdurin s’adressant au familiers du petit clan sur le ton du CHRIST….

Travail sur les mots : des jeux de mots parfois proche de la poésie
EXEMPLE : journal de l’abbé MUGNIER « les jeunes filles à ST SEVERIN tricotaient avec des voix en aiguille la laine fatiguée des cantiques »
EXEMPLE pastiches poétiques des fables de La Fontaine

Prendre de la distance avec les apparences en reliant des choses contradictoires :
EXEMPLE prolonger une droite jusqu’à l’infini : qu’est ce que vous trouvez au bout ?
EXEMPLE à son retour de voyage SAINT SIMONT est interrogé par son épouse : « m’avez vous été fidèle ? »- « oui, souvent ».
Zeugma EXEMPLE: les camionneurs dans leur camion écoutent de la musique classique et font des commentaires comme le ferait le critique musical GAVOTY…

L’incongru :
EXEMPLE : RABELAIS fait découvrir un planteur de choux sous la langue de Pantagruel….
EXEMPLE : les gouvernants des pays du golf sont tellement riches qu’ils font même éclairer la nuit le bord de mer pour que les poissons ne se perdent pas en chemin.

L’inversion :
EXEMPLE VOLTAIRE le nez est fait pour porter les lunettes
JANKELEVITCH évoque l’hésitation feinte entre ce qui est réversible et irréversible EXEMPLE un sous titre d’une pièce musicale de SATIE « je rajeunis tous les jours ! »
EXEMPLE la machine à corned-beef :le consommateur mécontent retourne la boite dans le distributeur/transformateur de viande et la bœuf en ressort vivant.

Des jeux de langage :

Détournement de mots EXEMPLE San Antonio…quilestboquandilbaise..
Calembour EXEMPLE :F DARS « que ta volonté soit fête ! ».
Collusion entre 2 mots EXEMPLE :FINCKELKRAUT fictionnaire illustré « zeros : dieu de l’amour et des petits rien ».
Alliance de mots aux significations contradictoires :
L’oxymore ( 2 mots contradictoires) : dédoublement de l’acte illocutoire en un acte principal non littéral et acte littéral qui entrent en concurrence sans que l’un élimine complètement l’autre.
EXEMPLE « vous l’avez payé combien cette merveille » ? (une veille voiture d’occasion) .

L’hyperbole l’énorme EXEMPLE Cyrano « c’est un pic , c’est un roc » VOLTAIRE, LA FONTAINE…..

Périphrase héroï-comique : LA FONTAINE : le chat…. « Attila des rats ».

Litote : VOLTAIRE décrit la prison de Candide comme des « appartements d’une extrême fraîcheur dans lesquels on n’est jamais incommodé par le soleil ».


IV FONCTIONS DE L’HUMOUR ET DE L’IRONIE

- A Dans l’ironie : condamner, sanctionner, moraliser de façon détournée. Fonction pédagogique ou didactique….instruire sans imposer dogmatiquement. Aspect polémique :démystifier les relations du pouvoir et du savoir. Jeter un doute sur la réalité , ruiner les prétentions des discours à représenter le réel , bannir toute forme de dogmatisme….

EXEMPLE : avec le planteur de choux RABELAIS fait comprendre que le monde déjoue nos représentations et que le familier peut se trouver dans ce qui est appelé a tort le nouveau

Raillerie : attaque ad hominem , ou plus simplement un sourire pour dénoncer le hors norme EXEMPLE un jeune homme déguisé en fille


-B Dans l’humour :

Un regard lucide sur soi-même et les autres :
EXEMPLE la tirade du nez de Cyrano
EXEMPLE SACHA GUITRY devenu vieux….il est accosté par une admiratrice à la fin de la représentation d’une de ses pièces : « maître, j’ai beaucoup aimé Chérie….- voyez ! elle me tutoie déjà »
EXEMPLE : SACHA GUITRY : il y a deux sortes de femmes….


Permettre à l’adulte de retrouver la liberté du non sens, propre au monde de l’enfance, le plaisir du langage avant les contraintes de l’éducation et de la pensée rationnelle :l’humour « inoffensif » :
EXEMPLE : sketch de P. DAC avec F. BLANCHE déguisé en fakir qui dit voir à distance la date de naissance de la carte d’identité d’une spectatrice mais qui s’arrange finalement à ne pas le dire …..

-C Cas particulier de l’humour noir : dans l’humour noir le sourire manque de gaieté.
Il est parfois le seul recours contre la tentation du désespoir, le moyen d’assumer l’angoisse, les atteintes du sort en les vidant de leurs charge affective, en mettant à distance les émotions et les passions
Parfois il est très proche du carnavalesque et du grotesque, comme le rire profanateur, il peut être transgressif, subversif ; on atteint les limites du supportable
Son but : abolir les distances et les conventions qu’impose la vie en société ; il joue avec les tabous( violence, irrévérence)
L’humour noir grotesque, à la limite du supportable, scabreux:
EXEMPLE sur un sapin de Noël en Allemagne durant la guerre de 1914 : des boules en forme de soldats français tués
EXEMPLE : humour raciste…..
EXEMPLE : « plus cancéreux que moi, tumeur »
EXEMPLE : SWIFT….procédé pour se débarrasser des enfants
EXEMPLE : SAINT SIMON caricature avec férocité la princesse d’Harcourt en évoquant les contorsions des gargouilles : …

V place de l’humour et de l’ironie dans le comique actuel……un subtil mélange des genres…

« le sourire du texte » : l’humour est le signe d’une plus grande liberté esthétique :
du spirituel il en a la subtilité
du comique il en a le détachement, la neutralisation des émotions qui permet d’en jouer
il garde ses origines anglaises : une proximité avec la tristesse, une gaieté mélancolique.

autres genres : l’incohérence narrative et sémantique, comique bizarre, surréaliste, saugrenu

EXEMPLE le canular Marcel DUCHAMP 1887-1968 : objet d’art sous forme de canular
EXEMPLE photographie d’une machine compliquée : « machine à fabriquer le bonheur »
AUTRES EXEMPLES tirés de la publicité actuelle…..la photocopie d’un mariage sort de la photocopieuse devant 2 employés qui viennent de s’embrasser.

CONCLUSION

L’humour et l’ironie deviennent un plaisir pour l’esprit lorsqu’on comprend les propos véritables derrière l’énoncé exprimé : des calculs interprétatifs sollicitent l’intelligence et la culture du destinataire, étant entendu que l’on peut rire de tout mais pas avec tout le monde ni dans n’importe quelle circonstances .
L’un et l’autre poursuivent des buts parfois similaires propres au comique en général:
Châtiment social contre la raideur de certains individus , contre le coté mécanique des pensées et des actions (BERGSON).
Rendre plus réceptif aux sujets sérieux.
Parfois dans l’ironie, provoquer attaquer et soumettre ses cibles.
Et surtout dégonfler certaines formes de sérieux qui nous oppriment.
Dans l’humour, atténuer les audaces, détendre l’atmosphère : l’homme se plaît à rire de ce qui l’effraye : la mort, la maladie, les femmes, l’amour, le mariage le gouvernement, les grands de ce monde.
Reproduire le grotesque et le sublime
Mais aussi par moment régresser vers les tendances inoffensives de l’enfance.

L’étude de l’humour et de l’ironie nous a conduit à brouiller les frontières traditionnelles du comique(dépasser la classification entre comique des mots , comique des gestes, comique de situation, comique de caractère).Ils constituent un ensemble de phénomènes complexes, expression de la sensibilité, de l’intelligence et de la liberté dont on ne se lasse pas.

Angelicum

Commentaires

Angelicum
Bien reçu ton fichier.
Preuve ci dessous.
Tu remarques l'intérêt des commentaires et leur facilité de rédaction
Tu peux en écrire un pour me dire ce que tu veux .
Je peux les supprimer ensuite
Es tu encore sur le blog il est 16h28 mercredi 8 février

Écrit par : Claude-Louis | 08/02/2006

pouvez vous m'envoyer un texte qui explique comment écrire une tirade dans le modele de la tirade de Cyrano de Bergerac de l'acte II scène n*8 . en l'attente de votre réponse . Grégoire

Écrit par : gregoire | 23/02/2006

Les commentaires sont fermés.