30/07/2008

LE SOURIRE

fb1271ded382a28e7be28676a8b7f4a2.jpgVICHY salle Napoléon animation Dominique CREPIN

19 juin 2008 

 

définition:il est un sous-rire »: simple mouvement de la et/ou des yeux mais ce petit mouvement physique transforme toute la physionomie, le visage étant le lieu de toutes les connaissance que l'on peut lire sur un individu.

il fait partie de l'univers ambigu des signes; le sourire voile autant qu'il dévoile: c'est un champ de communication tantôt comme adjuvant à la parole, tantôt au contraire traduisant en langage mimique ce que le parler veut taire

 

les caractères du sourire

A Similitude avec le rire:

comme le rire , il opére une suspension provisoire du sérieux; il distrait la « pensée » et de la pensée; parfois aussi il comporte comme le rire un caractére subversif que nous préciserons à propos de l'ironie....

Différences:

1 le sourire semble plus mobile , plus fugace, plus fuyant que le rire; il n'y a pas de « fou sourire irrépressible »

2 étant plus maîtrisé que le rire, il est plus spirituel ( il traduit le trait d'esprit, l'humour, l'ironie ....)

3 il est plus séxué: il est presque un attribut féminin apparenté à a douceur, contrairemnt aux hommes dont le sourire est plus rare et plus figé, me semble-t-il (il y a moins de représentations picturales d'hommes souriants que de femmes)

 

B Différences avec la parole:

1 il est plus facile de tromper quelqu'un par la parole que par l'oeil, dans lequel le sourire se développe par l'éclat des yeux

2 il révèle parfois mieux que tout aveu prononcé et la question se posera de savoir s' il comporte une richesse d'expression aussi grande que le pouvoir de la parole......

 

C le sourire exprime de nombreux sentiments, principalement de 3 sortes:

1 il instaureapparemmentune relation pacifique: attention, tendresse, sympathie, politesse, galanterie, relations apaisantes de complicité

2 il traduit le sentiment comique: humour , ironie, ton de la plaisanterie

3 il peut être le signe de rapports hostile: sourire narquois , dédaigneux , sceptique: il y a des poignards dans le sourire.....

D il est d'une très grande richesse expressive:

LE SOURIRE D'EN HAUT: sourire intérieur de l'homme comblé; BOUDDHA:sourire de détachement, de la grandiose concentration de l'homme devenu sage; sourire d'apaisement et d'encouragement ( des infirmiéres...)

LE SOURIRE DE ROUTINE: un minimum social , une « forme d'inattention polie », sinon on serait jugé hautain; sourire empathique (du medecin)

LE SOURIRE D'EN BAS: le sourire aggressif du criminel; le sourire aguicheur de la prostituée qui dit toute la misére de la vie volée, violée, violentée; le sourire de la traîtrise ou de la feinte gentillesse

 

E insistons enfin sur le caractére équivoque du sourire:la signification du sourire joue en fonction des expressions verbales,de la gestuelle, de la direction du regard qui accroisse la difficulté de comprendre les intentions de celui qui sourit EXEMPLE analyse du sourire énigmatique de la JOCONDE....

EXEMPE analyse de la « grammaire de la promotion sociale » développée dans le roman de MARCEL PROUST.....

le sourire reléve d'une symbolique rituelle, corporelle et psychologique acquise par la présence de l'autre, renouvelée en permanence par les innombrables liens qui se nouent à chaque instant.....

 

les fonctions du sourire

A fonctions relationnelles: dans la vie publique le sourire est la premiére « porte » de communication; dans le travail, il peut entretenir un climat de cordialité

B le sourire est un révélateur social et culturel:

il est un signe de différenciation des civilisations: EXEMPLES civilisation africaine( mal accepté: connotation d'irrespect et de moquerie); civilisation nippone(codifié de façon très rigide); il agit comme un maquillage; peu importe que le sourire contredise les sentiments : son but est de faire violence à la violence de la vie quotidienne qu'il faut masquer; chez nous , en occident, le sourire prétend être davantage authentique en tant qu'expression directe de l'âme.

C il comporte une valeur éducative: comme le regard il contribue à la socialisation ( signe parfois de reproche, de discrimination, de critique) il peut faire souffrir mais il s'agit d'une souffrance éducative; il peut aussi être un signe d'approbation et d'encouragement.

CONCLUSION: le sourire ne doit pas être sousestimé pour la connaissance de la condition humaine: il contribue à définir l'humanité au même titre que les rires , les paroles et les larmes.

De cette célébration , on retiendra qu'il a principalement une valeur positive et comme dit le poéte « un sourire enrichit toujours celui qui le reçoit, sans jamais appauvrir celui qui le donne ».

 

21:20 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sourire, Crépin